Sonophilie

Quelques écueils de la notation musicale occidentale

Nous allons ici aborder quelques potentiels motifs de fâcherie, pour un esprit logique, sur la notation musicale classique que nous employons en occident et le vocabulaire qui lui est associé. Ils constituent de petits écueils pour les débutants qui se mettent à la musique, donc autant les identifier pour mieux faire avec (à défaut de pouvoir faire sans). Il s’agit, en fait, d’un recueil de notions que moi j’ai trouvées contre intuitives quand j’ai débuté.

Avant de se lancer dans cette lecture, il est préférable de savoir ce qu’est une note de musique.

7 notes, organisées par paquets de 8

Notre alphabet de notation musicale occidental contient 7 « notes1 » : Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La et Si. Mais on les organise par paquets de 8 : les octaves.

Dans son sens premier, le terme d’octave désigne l’intervalle entre, par exemple, un Do et le Do suivant, ou un Ré et le Ré suivant. En effet, le Do suivant est la huitième note à partir du Do de départ et en comptant ce dernier. Autrement dit, si le Do de départ porte le numéro 1, alors le Do suivant porte le numéro 8, ce qui colle bien avec l’étymologie du mot octave.

Do Mi Fa Sol La Si Do
1 2 3 4 5 6 7 8

Il s’agit donc d’un intervalle qui sépare deux tonalités. D’ailleurs, on emploie un vocabulaire qui se réfère volontiers à la notion de mouvement, soit de parcours de cet intervalle. Ainsi on dit, « descendre d’une octave », « monter d’une octave » ou encore « aller à l’octave » (ce qui signifie la même chose que « monter d’une octave »).

Mais par extension, on utilise également le terme d’octave pour représenter les 8 notes consécutives qui vont d’une note à la même note suivante, ces deux bornes étant comprise dans l’octave. Ainsi, l’octave qui commence par un Do se termine également par un Do et ces deux Do sont compris dans cette octave. Cela signifie donc également que chacun de ces Do appartient à deux octaves : celle dont il est le départ et celle dont il est l’arrivée.

Do Mi Fa Sol La Si Do Mi Fa Sol La Si Do
1 2 3 4 5 6 7 8
1 2 3 4 5 6 7 8

Les octaves sont donc des ensembles qui se chevauchent en leurs extrémités. En mathématiques de la théorie des ensembles, les octaves ne constituent donc pas une partition de l’ensemble des tonalités. Ceci peut se révéler contre intuitif pour un débutant, notamment du fait que cela diffère de la façon dont on apprend à organiser les nombres.

En effet, quand on apprend à organiser les nombres entiers, par exemple en dizaines, chaque nombre appartient à une et une seule dizaine. Le nombre 10, par exemple, n’appartient qu’à la dizaine qui va de 1 à 10. La dizaine suivante va de 11 à 20, pas de 10 à 19 (et encore moins de 10 à 20, ce qui ferait une « dizaine » de 11 nombres).

Tons et demi-tons

Mais ce n’est pas tout. On parle de tons et de demi-tons pour séparer les hauteurs des différentes notes. Nous avons ainsi 7 tonalités considérées, mais 12 demi-tons seulement … et non pas 14, soit 2 fois 7, comme on aurait pu s’y attendre.

C’est que certaines des notes sont séparées de la suivante par un ton (donc 2 demi-tons) et d’autres par un demi-ton seulement. Toutes les notes sont séparées de la suivante par un ton, sauf le Mi et le Si2, qui ne sont séparées de leurs suivantes respectives (donc le Fa et le Do) que par un demi-ton.

Tout ceci n’est pas aussi simple et mathématiquement parfait que l’on pourrait le souhaiter quand on débute.

Il est donc des notes, la plupart même, pour lesquelles on va devoir considérer les demi-tons qui existent avant ou après. Pour toutes les notes à l’exception du Mi et du Si, si on monte d’un demi ton, on fait suivre le nom de la note par un dièse (#). Et pour toutes les notes à l’exception du Fa et du Do, si on descend d’un demi-ton, on fait suivre le nom de la note par un bémol (♭).

Pour le demi-ton se trouvant entre deux notes, on a donc deux notations différentes, suivant que l’on a monté d’un demi-ton depuis la précédente ou que l’on a descendu d’un demi-ton depuis la suivante. Ainsi, le même demi-ton se trouvant entre Do et Ré pourra être noté Do# ou Ré♭.

Do +½ ton +½ ton +½ ton +½ ton +½ ton +½ ton +½ ton +½ ton +½ ton +½ ton +½ ton +½ ton
= Do# Ré# Mi Fa Fa# Sol Sol# La La# Si Do
ou Ré♭ Mi♭ Sol♭ La♭ Si♭

Là encore, le fait que l’on puisse trouver des désignations différentes pour une seule et même tonalité peut se révéler contre intuitif pour un débutant.


  1. Il serait en fait plus rigoureux de parler de familles de tonalités, mais nous continuerons dans la suite de cet article à employer le terme note comme il l’est dans la vie courante. Le lecture est simplement invité à se souvenir qu’il s’agit d’un abus de langage.↩︎

  2. Il existe d’ailleurs un moyen mnémotechnique pour se souvenir des notes, Mi et Si, qui ne sont séparées de leurs suivantes que par un demi-ton : se sont les deux notes qui se terminent par i. Un (tout petit) avantage dont ne bénéficient pas les utilisateurs des notations anglophone et germanophone avec leurs A, B/H, C, D, E, F et G.↩︎

Copyright © 2020 Guillaume Ponce
Creative Commons - Attribution - Partage dans les mêmes conditions